1. Page d'accueil
  2. Culture

2006, l'année Mozart

Fictions romanesques, biographies, intégrale de l’oeuvre, articles dans la presse, reportages télévisés, Mozart est partout. Mais était-il bien le meilleur candidat à la commémoration?

# Publié le 15-02-2006 à 23:02 par Christophe Garrigue.
Dans la rubrique Culture.

DADVSI ou la protection anti-lecture

Alors que les droits d’auteur avaient à l’origine été créés afin de protéger les artistes face aux producteurs, la loi sur les Droits d’Auteurs et Droits Voisins dans la Société de l’Information s’est révélée être une loi renforçant le pouvoir des producteurs sur le public. En effet, en interdisant le contournement des Mesures Techniques de Protection, mesures qui en plus d’entraver la copie gêne aussi la lecture, le législateur a permis à l’Industrie Culturelle de forcer le public à racheter le même produit plusieurs fois.

Bien que cette même Industrie préfèrera accuser le téléchargement illégal plutôt que de le reconnaître, il n’est pas impossible que l’adoption d’une loi si restrictive ait dégoûté des cinéphiles/musicophiles au point qu’ils cessent tout achat comme je l’ai fait.

# Publié le 06-12-2006 à 22:04 par Christophe Garrigue.
Dans la rubrique Culture.

DADVSI, le projet de loi qui fâche

Destiné à l’origine à transposer dans le droit français la directive EUCD votée au parlement européen, le projet de loi sur les Droits d’Auteur et les Droits Voisins dans la Société de l’Information s’est transformé en bataille rangée entre consommateurs d’une part, et maisons de disques, studios de cinéma et gouvernement d’autre part.

# Publié le 14-02-2006 à 21:37 par Christophe Garrigue.
Dans la rubrique Culture.

DADVSI: le téléchargement

Comme le répète à loisir le ministre de la Culture, la raison d’être du projet de loi DADVSI est la lutte contre les téléchargements illégaux. Alors que le projet de loi aborde le problème avec une optique répressive, l’actrice Claire Keim préfère faire appel à la responsabilité des internautes.

# Publié le 27-02-2006 à 23:19 par Christophe Garrigue.
Dans la rubrique Culture.

Durée du droit d'auteur en France

Depuis la le vote de la loi 97-283, 27 mars 1997, les droits d’auteur sur une oeuvre sont censés expirer 70 ans après l’année de la mort de l’auteur. Les articles 123-8 et 123-9 du Code de la Propriété Intellectuelle prolongent toutefois cette période dans certains cas, pouvant la porter jusqu’à environ 84 ans.

Cette page a pour objectif de rappeler quelles sont les dispositions applicables afin de permettre de déterminer si une oeuvre est dans le domaine public ou non.

# Publié le 19-03-2006 à 14:27 par Christophe Garrigue.
Dans la rubrique Culture.

Journalisme vidéoludique et professionnalisme

Depuis la paranoïa passée où il était accusé de provoquer des crises d’épilepsie, on peut dire que le jeu vidéo a assez peu fait l’objet de polémique en France. C’était sans compter sur Bernard Depierre, député de Côte-d’Or, qui sur la base d’informations erronées à entrepris de profiter du projet de loi sur la prévention de la délinquance pour mener une croisade contre les jeux vidéo violents. C’est l’occasion pour JeuxVidéo.com de publier une brève si alarmiste qu’à sa lecture on peut croire que l’amendement interdisant tous jeux vidéo violents est d’ores et déjà passé. On nous dit que l’article 33bis du projet de loi a été modifié par l’amendement du député. Le problème est que non seulement on oublie de donner un lien vers le projet de loi mais on ne dispose pas non plus de lien vers l’amendement en question. Même avec ces informations il est difficile de s’y retrouver puisqu’en réalité l’amendement 354 modifie l’article 17 du projet de loi, et porte donc sur l’article 33bis de la loi n° 98-468 du 17 juin 1998. En somme, non seulement l’information est incomplète mais en plus elle comporte des erreurs.

Cette brève est assez symptomatique d’un manque de professionnalisme notable dans le domaine du journalisme vidéoludique. Nous avons là en effet tout un secteur né de la volonté d’une poignée d’amateurs si passionés par leur hobby qu’ils choisirent de créer eux-mêmes des magazines à leur image. Par la suite la démocratisation d’Internet a provoqué l’émergence d’une nouvelle génération d’amateurs dont les sites personnels ont évolué en sites profesionnels. Là où la qualité de magazines et sites traitant de programmation a pu évoluer car elle dépend directement des compétences techniques des rédacteurs, et que ces mêmes rédacteurs en tant que passionnés ont tous faits des études dans ce domaine, celle des magazines et jeux traitant des jeux vidéo a peu évolué. En effet elle dépend des caractéristiques rédactionnelles, alors que la plupart des journalistes y ont appris leur métier sur le tas plutôt que par un enseignement académique. Il en résulte alors des publications qui bien qu’ayant la forme d’un produit professionnel ne différent guère du fanzinat par leur contenu.

A la décharge des journalistes vidéoludiques je dois toutefois reconnaître que ce n’est certainement pas les nombreuses approximations faites par des journalistes traditionnels (qui par exemple en déplorant que le suicide et les accidents de la route sont les premières causes de mortalité chez les jeunes "oublient" qu’il est assez rassurant que les maladies soient moins mortelles dans cette tranche d’âge que pour les personnes âgées) qui les inciteront à devenir un plus professionnels.

# Publié le 30-11-2006 à 00:28 par Christophe Garrigue.
Dans la rubrique Culture and Informatique.

Journée Internationale de la Langue Maternelle

Aujourd’hui était la Journée Internationale des Langues Maternelles, une initiative lancée par l’Unesco pour promouvoir la sauvegarde la richesse linguistique et culturelle mondiale. A cette occasion, nous nous intéressons ici à la place de l’anglais sur Internet et à l’espace qu’il reste pour les langues régionales ou minoritaires.

# Publié le 22-02-2006 à 00:15 par Christophe Garrigue.
Dans la rubrique Culture.

Le financement de projets à l'heure du Web

Déjà à l’époque des sharewares il était possible aux utilisateurs de payer directement les développeurs d’applications et jeux pour accéder aux versions complètes. Avec l’arrivée du développement opensource, on a vu apparaître la possibilité de faire des dons afin de soutenir financièrement un projet souvent amateur ou semi-professionnel. Il semblerait que l’on ait franchi une nouvelle étape ces derniers moins avec l’éclosion de nombreux sites proposant de co-financer des projets professionnels en échange d’une promesse d’un intéressement au bénéfice.

# Publié le 11-06-2010 à 16:02 par Christophe Garrigue.
Dans la rubrique Culture.

Mention légale

Mention légale

Ce site personnel me sert principalement pour regrouper en un seul endroit tout ce que je publie sur Internet, ainsi que mes dessins et les quelques dossiers que j'ai eu l''occasion de faire au cours de mes études.
Tout le contenu de ce site est ma propriété exclusive et ne peut être réutilisé sans en faire la demande, sauf mention contraire (article sous une des licenses Creative Common par exemple). Il est toutefois possible de citer des parties des articles ici publiés comme le prévoit le code pénal français.
Police de bannière par Caffeen.