1. Page d'accueil
  2. Ecriture

Imaginer une ville

Conception d'une ville

Introduction

Quelle que soit l’époque, les hommes se sont regroupés pour vivre ensemble. Face à l’environnement naturel (animaux) et aux autres hommes (ceux qui vivent au loin, "les étrangers") qui peuvent se montrer hostiles, l’union est le moyen le plus efficace pour assurer sa propre survie. Le camp temporaire établit par des nomades, le village de paysans ou la station spatiale futuriste de Babylon 5, tous suivent les mêmes schémas organisationnels.

Le biotope

Dans des conditions extrêmes, le climat peut jouer un facteur essentiel dans l’apparence d’une ville. C’est ainsi que dans les îles grecques tous les bâtiments sont peints en blanc, afin de renvoyer le maximum de lumière reçue, et donc de diminuer les températures à l’intérieur des édifices. De plus les rues sont pour la plupart étroites, afin de créer des zones d’ombre naturelles.

Un autre exemple est la ville de Montréal où les températures descendent bien en dessous de zéro en plein hiver. Pour pallier ce problème, tout un réseau de galeries souterraines reliant de nombreux bâtiments du centre-ville a été créé. Relié au métro, ces "rues" alternatives permettent ainsi aux habitants de se déplacer à pieds à l’abri total du froid. Loin d’être des catacombes, il s’agit plutôt de galeries commerciales, ce qui permet d’attirer des clients y compris en pleine été.

Le même principe s’applique aussi dans un contexte fantastique ou science-fictif. Imaginons par exemple une ville sous-marine : les habitants parviennent-ils à respirer dans l’eau et vivent-ils donc dans leur ville comme nous dans les nôtres (les Snorkys) ? Ou bien respirent-ils de l’air, auquel cas soit les bâtiments sont étanches et les habitants voyagent en scaphandre/sous-marin ou par galeries reliant les constructions (Stargate:Atlantis), soit un puissant bouclier est généré afin de maintenir de l’air sous pression (les Gungans dans La Menace Fantôme). Dans ce cas, il faudra prévoir les inévitables générateurs de bouclier (que ce soit des machines ou des magiciens) et leur intégration dans la cité. En effet, s’ils sont dangereux pour la santé comme le sont nos centrales électriques, ils seront sûrement placés en dehors de la ville. D’autre, du fait de leur importance vitale, il est peu probable qu’ils ne soient pas fortement gardés, éléments qui peut être mis à profit dans un scénario.

La topographie

Le relief joue une part importante dans la structure d’une ville. Ainsi, si une ville s’étend au pied d’une falaise, les lieux les plus importants (centres décisionnels tels que château ou lieux religieux suivant la place de la religion dans la vie quotidienne) seront presque toujours proches de cette falaise ou bien sur les flancs s’il s’agit d’une montagne au lieu d’une falaise. Ces bâtiments seront ainsi protégés par le terrain, rendant leur défense plus aisée.

Un autre facteur important est la présence d’eau : d’une part un fleuve ou une rivière constitue un axe commercial privilégié, voire un moyen de subsistance grâce à la pêche, d’autre part elle est un atout précieux pour l’agriculture. Enfin, si la rivière se sépare en plusieurs bras, une cité construite sur les îlots ainsi formés bénéficiera naturellement de la protection offerte par la rivière, les assauts par la voie maritime étant plus difficile à mener que ceux par la voie terrestre.

L’Histoire

La structure d’une ville n’est pas figée dans le temps et son aspect à une époque donnée dépendra très fortement de l’histoire de cette ville.

Ainsi en Europe, qui pendant le Moyen-Age fut marquée par les conflits entre seigneurs, la plupart des cités sont nées de la même manière : un château-fort appartenant au seigneur et à son pied un village et les champs. En cas de batailles, les villageois et bêtes se réfugiaient au château pour profiter de l’abris de ces épaisses murailles. Au fur et à mesure que le lieu prenait de l’importance, le village se transformait en ville autour de laquelle on construisait des murailles pour la défendre. Le château reste toutefois le point central puisque le seigneur disposait de tous les pouvoirs. Il en découlait une conception centralisée de la ville et des rues composant des étoiles grossières au coeur desquels se trouvaient les lieux importants. Parfois, plusieurs murailles étaient construites au cours des siècles, au fur et à mesure que la ville grandissait. D’autre part, les terrains ayant souvent suivi le relief (colline, cours d’eau), les rues, construites sur les anciens chemins reliant les diffèrentes parcelles, ne sont pas forcément droites.

Les États-Unis, au contraire, étaient un pays construit de toute part dans un environnement relativement peu hostile : les territoires y étaient vastes parce que souvent inexplorés, la plupart des autochtones avaient disparus (suite à des massacres ou à l’enfermement dans des camps), ce qui favorisait un climat de paix. Du coup les villes furent intégralement pensées et leur usage en quelque sorte optimisé : c’est ainsi que les rues construites furent droites et perpendiculaires les unes aux autres.

Les migrations de population jouent elles aussi un rôle essentiel : ainsi, au siècle dernier, de vastes mouvements ont conduit à peu à peu à la désertion des campagnes au profit des villes (l’exode rural), provoquant ainsi une extension de ces villes. Par la suite les habitants ont cherché à s’éloigner du centre-ville afin de trouver un environnement plus calme : les périphéries se sont ainsi fortement développées, provoquant parfois la mort de certains quartiers du centre-ville. L’autre conséquence a été la disparition quasi-systématique des terrains qui séparaient une ville des communes environnantes, créant ainsi une agglomération englobant une ville principale et plusieurs villes de plus petites tailles.

Enfin, il faut prendre en compte le fait que les destructions naturelles (tremblements de terre) ou humaines (bombardements) favorisent les reconstructions et donc la modernisation de certains quartiers, tandis que d’autres garderont un aspect plus historique, tant du point de vue du plan des rues, que de celui de l’architecture.

Conclusion

Comme nous avons pu le voir, la conception d’une ville crédible doit prendre en compte de nombreux facteurs. Certes, si la ville n’est qu’une vague toile de fond, de tels détails seront sans doute surperflus. Mais il arrive parfois qu’une ville imaginaire soit si développée qu’elle finisse par acquérir une certaine réalité dans laquelle on se plonge à nouvelle chaque visite.

# Publié le 12-02-2006 à 16:25 par Christophe Garrigue.
Dans la rubrique Ecriture.

Add a comment



Mention légale

Mention légale

Ce site personnel me sert principalement pour regrouper en un seul endroit tout ce que je publie sur Internet, ainsi que mes dessins et les quelques dossiers que j'ai eu l''occasion de faire au cours de mes études.
Tout le contenu de ce site est ma propriété exclusive et ne peut être réutilisé sans en faire la demande, sauf mention contraire (article sous une des licenses Creative Common par exemple). Il est toutefois possible de citer des parties des articles ici publiés comme le prévoit le code pénal français.
Police de bannière par Caffeen.